KAMPONG CHNANG

CAMBODGE Centre

General description

A 100 km environ au nord-ouest de Phnom Penh par la route no 5.
Dans la province du même nom, c’est un port de pêche fort actif sur la rivière Tonlé Sap, un peu en aval du grand lac dont elle est tributaire et auquel elle emprunte son nom. Pas de site touristique majeur ici, mais l’ambiance de la ville est plaisante. On peut passer un moment agréable sur le quai du port où accostent toutes sortes d’embarcations, à observer la vie fluviale, et, le cas échéant, louer un bateau pour quelques heures de promenade en direction du lac.
La campagne des environs de Kompong Chhnang est également fort jolie. On y croise fréquemment des charrettes de marchands ambulants de poteries de toute taille, qui attendent patiemment le client de passage abrités sous leurs kramas . Le travail des potiers est en effet l’une des grandes spécialités de la province ( chhnang signifie « casserole » ou « marmite »), réputé dans tout le Cambodge.
Qui n’a pas son « krama » ?
On le voit absolument partout au Cambodge : le krama est le foulard traditionnel en coton léger que pratiquement chaque Cambodgien utilise à un moment ou un autre de la journée. Et pour cause, car il sert à tout : à s’abriter du soleil bien sûr, mais aussi à s’en vêtir comme d’un pagne, à s’essuyer après un effort ou une douche, à se moucher, à transporter des charges (ou un enfant sur son dos), à emmailloter un bébé... Dans sa version basique, il est à carreaux rouges et blancs, mais il en existe en fait de toutes les couleurs. Il peut également être en soie, et on l’utilise alors comme parure lors d’une fête ou une cérémonie. Joli, peu cher, aisément transportable et très facile à trouver sur n’importe quel marché, le krama est une bonne idée de cadeau typiquement cambodgien à offrir au retour d’un voyage.
Cette région est d'abord célèbre pour ses ateliers de poterie domestique (exclusivement féminins) ignorant le tour : ce sont les femmes qui tournent autour du billot où elles façonnent l'argile à l’aide d'une batte de bois, selon une technique remarquablement archaique, mais parfaitement maîtrisée. De même, cette poterie ignore la cuisson au four (simple passage à la flamme). Ces deux faits traduisent la permanence d'une strate culturelle «sauvage» et quasiment «préhistorique», antérieure et résistante aux apports techniques indiens ou chinois. Ces ateliers alimentent tout le cambodge, les poteries étant distribuées au moyen de longues caravanes de charrettes. Ils s'inscrivaient autrefois dans  de complexes circuits de troc de région à région, dont l'échange riz-prahok mit un exemple.
Ensuite, elle est célèbre pour son paysage végétal : celui des Borassus flabellifer, alias palmiers à sucre (en khmer thnot) qui, au coucher du soleil, quand les rizières sont en eau, transforment le pays en une éblouissante cathédrale de lumière. Il s'agit d'une véritable plante miracle (pharmacopée, couverture des maisons, support d'écriture, etc.), généralement plantés sur les diguettes des rizières dont ils assurent la stabilité, tout en fournissant de substantiels revenus complémentaires aux paysans. On tire des efflorescences de l'arbre une sève qui permet de fabriquer du sucre (40 à 100 kg par an), venu sous forme de petites galettes de sucre blond-brun. On y goûtera ainsi qu'à la sève fraîche ou fermentée (vin de palme).
Cet arbre est un véritable monument historique puisqu'il incarne l’aire de rayonnement du delta qui s'arrête à une trentaine de kilomètres de Kompong Chhnang, et à travers lui, celui du monde indien, plus spécifiquement du monde tamoul (Inde du Sud-Est). Le nom de l'arbre est probablement d'origine tamoul et le nom khmer, pour le sucre est sko(r), emprunt à l'une des langues indo-européennes de l'Inde [à rapprocher du français sucre, ou de anglais sugar.
Enfin, à une dizaine de kilomètre, vers le nord-est, au débouché Grand Lac, quelques fondations royales, proches les unes des autres (Babor, Krakor, etc.) dont subsistaient les monastères iconstruits et reconstruits.

POURQUOI TAMTOURS ?

Réseaux sociaux:

facebook facebook facebook twitter linkedin pinterest slideshare