TAMTOURS – AGENCE DE VOYAGE AU VIETNAM

Confiez nous votre voyage au Vietnam! Tamtours – une agence de voyage francophone au Vietnam sera à votre écoute pour vous aider à le composer avec les meilleures offres.

  /  Actualités   /  Laos: Le secret de la plaine des jarres et la guerre du Vietnam

Laos: Le secret de la plaine des jarres et la guerre du Vietnam

Un nombre rare de touristes venant dans cet endroit reculé du Laos ont vu d’anciennes jarres en pierre. Qui a donc sculpté ces jarres en pierre et pourquoi sont-elles taillé?

The Healthy Life Is The Best Kind Of Life So Enjoy It.

Je roule une moto avec beaucoup de poussières derrière sur une route défoncée à la périphérie de Phonsavan, une petite bourgade à 400 km au nord-est de Vientiane. Je m’approchais de la Plaine des Jarres, un vestige des objets en pièrre le plus impressionnant du Laos mais toute la zone est presque vide de touristes. 

Il n’y a pas encore de réponse.

Comparé aux pays voisins de l’Asie du Sud-Est comme la Thaïlande et le Vietnam, on a l’impression que le Laos a été oublié du monde bien qu’il possède des trésors tels que l’ancienne ville de Luang Prabang dans le nord, qui est reconnue par l’Unesco comme Patrimoine culturel mondial. Pourtant, bien de visiteurs pointent souvent vers le lieu de divertissement bruyant de Vang Vieng, une escale amusante. Mais je ne cherche pas un endroit de ce type, mon objectif est de trouver celui de mystérieux vieux de 2500 ans qui n’a jamais eu de réponse satisfaisante. Peu connue des touristes, la plaine des Jarres abrite des milliers de bocaux en pierre de l’époque du fer répartis sur une superficie de centaines de kilomètres entoure par les montagnes de Phonsavan – un détour loin des itinéraires normaux.
Dispersés au hasard dans des endroits non determines, certains des pots étaient très grands – jusqu’à 3 mètres de haut et 1 mètre de large avec plusieurs tonnes de plus. Des ossements humains et des couverts de pierre ont également été trouvés dans la région. Jusqu’à présent, on ne sait toujours pas exactement à quoi ces pots en pierre ont été utilisés et qui les a créés.

Où on enterre les gens?

En comptant tenu de leur taille et des ossements humains retrouvés à proximité, certains archéologues affirment qu’il s’agit d’un site de sépulture préhistorique d’une ancienne civilisation qui s’étalait le long d’une route commerciale oubliée reliant depuis longtemps le bassin du Mékong au golfe du Tonkin au Vietnam. D’autres pensent que les jarres sont utilisées comme un dispositif pour placer le cadavre dans l’attente de sa décomposition dans les premiers stades des rites funéraires, avant d’être emmené à la crémation ou au rituel. Une fois le corps complètement décomposé, les cendres sont placées dans un bocal; un autre corps sera placé et le rituel du défunt sera répété. Cette interprétation est encore renforcée par la coutume funéraire traditionnelle des membres de la famille royale d’Asie du Sud-Est. Pour les personnalités royales thaïlandaises, par exemple, les corps de personnes décédées sont incinérés des mois après leur mort. Leurs corps ont été déplacés des bocaux aux bocaux jusqu’à la crémation finale avec la conviction que les âmes des morts passeraient par une transformation progressive, quittant le monde et entrant dans le monde spirituel. De plus, on dit que les bords de chaque bocal maintiennent les couvercles jusqu’à ce que le corps se décompose. Cela confirme davantage cette hypothèse. Cependant, les populations locales ont une explication plus intéressante. Certains prétendent que ces pots en pierre ont été fabriqués pour distiller du vin de riz fort et qu’ils sont utilisés par les géants de la légende pour célébrer la victoire sur l’ennemi. D’autres affirment que les pots sont destinés à contenir le whisky d’un géant assoiffé qui vit près des montagnes de Phonsavan. Cependant, la vérité est que personne ne connaît le secret de ces jarres anciennes. Une grande partie de la grande plaine des Jarres reste limitée au public. Sur un total de 60 sites, les visiteurs ne peuvent en visiter que sept. Le site numéro un, avec plus de 300 bocaux et une grotte de calcaire naturel, est le lieu qui nous en dit le plus sur le mystère qui entoure ces jarres.

Plaine des Jarres, grotte de calcaire mystérieuse

Au début des années 1930, la géologue et archéologue amateur française Madelaine Colanie a émis l’hypothèse que la grotte était utilisée comme terrain de crémation et que les cendres seraient ensuite stockées dans des bocaux pour être enterrés. Selon son hypothèse, c’est le site d’anciens rites funéraires et il fournit une explication de l’endroit où les cadavres sont enlevés après la décomposition. Les preuves trouvées dans la grotte, y compris des fragments d’os et de dents humains, soutiennent cette hypothèse. Cependant, les populations locales ne croyaient pas à cette théorie. Ils affirment que la grotte de calcaire a été utilisée comme un grand four et que les bocaux ont été coulés à partir de matériaux naturels tels que la peau d’animaux, l’argile, le sucre et le sable, puis chauffés. En marchant dans les champs, j’ai remarqué des dizaines de balises rouges et blanches soigneusement placées sur le sol – signes d’un secret encore plus pressant.

Plein de bombes et mines de la guerre du Vietnam

Phonsavan est situé dans le couloir de vol des chasseurs américains pendant la guerre du Vietnam et est devenu le site de décharge non officiel de 270 millions de bombes à fragmentation, faisant de cet endroit le site le plus bombardé au monde si on le compte par habitant. Quelques 80 millions de ces bombes n’ont pas explosé après leur chute au sol, rendant la zone dangereuse et une grande partie des terres autour de la plaine des Jarres inutilisables. Les visiteurs ne sont autorisés à entrer que dans les zones qui ont été débarrassées des mines et des REG et marquées. La Mine Advisory Organization (MAG), une organisation non gouvernementale, a déclaré que plus de 50000 Laotiens avaient été tués ou blessés par des bombes non explosées depuis 1964. Malgré les efforts déployés depuis 1994 pour déminer les mines terrestres et les mines, il faudra près d’un siècle pour faire de la terre un endroit sûr, si la vitesse actuelle de déminage est maintenue. Le centre de guide des visiteurs de MAG sur la rue principale de Phonsavan offre un regard détaillé et déchirant sur les problèmes laissés par l’histoire. En regardant autour de vous, vous pouvez voir les mines et les dégâts des REG partout; le sol était grêlé et de nombreux pots en pierre étaient fissurés, cassés ou complètement détruits. Posant ma main sur le bord d’un pot situé à quelques mètres de là où une bombe à fragmentation non explosée pourrait rester, j’ai regardé à l’intérieur des gros pots, toute explication de l’ancien mystère était passée depuis longtemps en ne laissant que la toile d’agraignée et l’eau stagnante. Le temps et la guerre nous ont peut-être laissé aucune chance de comprendre qui a créé ces merveilles et pourquoi. Il n’y avait pas d’autres touristes dans les parages, c’était un mystère auquel je réfléchissais moi-même.

Poste un Commentaire

You don't have permission to register